Ugo

Bien sûr, tout n’avait pas toujours marché comme elle l’aurait souhaité pendant toutes ces années ; mais tout de même, cela lui faisait drôle de se retrouver seule. On lui avait pourtant dit que c’était là le moment le plus pénible, le retour au cimetière.

Quand germaine revint chez elle, elle s’installa dans son vieux fauteuil en rotin, face à la fenêtre qui donnait sur la place du village. Elle se posait des questions et se demandait encore pourquoi elle s’était rendue à l’enterrement. Elle avait été contrainte de croiser Angèle mais n’avait pas pu lui présenter ses condoléances.

Elle avait le sentiment que tout le village savait, que tous la méprisait et pourtant elle ne regrettait rien.

Germaine prit un album photos sur ses genoux et commença à rêver d’une autre existence. Elle était finalement le seul véritable amour de Baptiste puisqu’elle lui avait donné un fils ? Cet enfant était le portrait de son père : les mêmes yeux bleu-azur, la même douceur…

Si seulement ils avaient eu le courage de partir loin de ce village, de tout abandonner, ils auraient pu vivre heureux et baptiste aurait certainement échappé à son destin.

Elle se sentait si seule … Elle voyait le visage de baptiste partout où elle allait, ça lui était insupportable. Tout lui rappelait Baptiste. Il ne lui restait plus qu’une solution : quitter cette maison, ce village, ses souvenirs et tout simplement oublier.